formation permaculture

Les auxiliaires,  amis 

permacoles de la ferme de La Source dorée

Par Karine Lardans

Afin d’améliorer notre système permacole et d’éviter l’utilisation de produits phytosanitaires, nous cherchons à coopérer avec les auxiliaires du jardin. Tous ces animaux sauvages contribuent à maintenir un système équilibré soit parce qu’ils vont améliorer la pollinisation des plantes, soit parce qu’ils sont prédateurs de ravageurs de nos cultures.

 

Le principe est simple : PULL & PUSH

C’est-à-dire attirer (to pull : tirer) les auxiliaires – amis de nos jardins – au centre de notre système de culture et repousser (to push : pousser) les ravageurs, qui entrent en compétition avec nous pour les cultures.

formation permaculture

Pour attirer les auxiliaires,

il suffit de leur offrir le gîte, le couvert et de l’eau. Le meilleur moment est de leur disposer tout cela avant l’hiver. Ils s’installeront confortablement dans nos systèmes permacoles et seront présents au pieds levés au moment propice pour nous, c’est-à-dire au printemps.

Pour les attirer et les accueillir, nous avons donc planté des plantes mellifères (notamment des plantes aromatiques tout autour du potager, des fleurs dans les planches de culture). Le lierre qui recouvre un vieil érable attire les abeilles en fin d’été par sa floraison.

Tout ce petit monde profite des mares, coupelles d’eau présentes sur le terrain.

Enfin, nous laissons des tas de pierres, de bois, de paille, de feuilles, par-ci par-là, à proximité des zones de de cultures. Petites nouveautés, la réalisation d’abris à insectes avec des bouteilles en plastiques que l’on a dispersés dans le potager.

Pour repousser les ravageurs,

nous avons planté et semé des plantes répulsives (rue, plantes aromatiques diverses, tanaisie, phacélie, sarrasin…) qui crée une confusion. Les ravageurs seront ainsi perdus par ses odeurs différentes.

De plus, le fait d’attirer les auxiliaires prédateurs des ravageurs permet de limiter leur population.

Cet automne, nous avons par ailleurs repiqué des fèves. Celles-ci attireront les pucerons au printemps. Ces fèves sont donc les garde-manger des coccinelles qui se régaleront des pucerons.

L’idée est toujours de maintenir un équilibre. Aussi est-il important de limiter la population de ravageurs et non de l’éradiquer complètement. Sinon comment voulez-vous nourrir les auxiliaires prédateurs ?

Et vous quelles astuces avez-vous mis en place pour attirer les auxiliaires ?

Découvrez nos stages et nos chantiers participatifs

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.